Accueil Qui sommes nous ?
Par EtatdeDroit

À propos de la Konrad-Adenauer-Stiftung

Présentation du Programme pour la Promotion de l’Etat de droit en Afrique subsaharienne de la Fondation Konrad Adenauer

 

Le Programme de l’État de droit en Afrique subsaharienne existe depuis 2006 et le siège est à Nairobi. Pour mieux répondre aux spécificités régionales des francophones, un bureau du programme a été ouvert au Sénégal en novembre 2019, il couvre les pays francophones d’Afrique subsaharienne (y compris la Gambie).

 

En complétant et en liaison avec les programmes nationaux de la KAS, ce programme vise à renforcer l’État de droit dans les pays concernés, au niveau régional et au niveau continental, en coopération avec les institutions africaines, afin de promouvoir la création de réseaux et d’échange de vues et d’expériences entre les principaux représentants d’intérêts communs en la matière.

Dans le cadre de ses objectifs, le programme « État de droit » se concentre sur les domaines thématiques suivants, qui sont considérés comme essentiels à la stabilité politique, au développement économique et à la cohésion sociale et qui ont actuellement un besoin particulièrement important de réformes et de conseils dans les pays de la région.

 

Droits de l’homme : Bien que les constitutions de la plupart des pays africains garantissent le respect des droits de l’homme, la réalité est différente : la situation des droits de l’homme reste précaire dans une grande partie de l’Afrique francophone. Dans de nombreux pays, en particulier, dans le contexte des élections, la liberté de réunion, la liberté d’expression et la liberté de la presse sont vivement restreintes. Les opposants politiques et les journalistes sont intimidés et persécutés. Des violations des droits de l’homme sont également commises par les forces de sécurité nationales des pays dans le cadre de la lutte contre les organisations terroristes au Sahel.

Indépendance du système judiciaire : l’Etat de droit ne peut se développer que s’il existe un système judiciaire fort, impartial et indépendant. À cet égard, le programme traitera des questions pertinentes relatives à l’indépendance du pouvoir judiciaire dans la région, telles que les critères de la nomination et le licenciement des magistrats, la politique de l’administration de la justice et l’indépendance financière du pouvoir judiciaire.

Constitutionnalisme : La plupart des pays de la région reconnaissent la Constitution comme la loi suprême dans leur pays. Néanmoins, il existe un grand écart entre la parole écrite et l’application sur le terrain. De nombreux facteurs jouent un rôle dans ce fossé entre la légalité et la réalité. Le programme s’efforce d’aborder certaines de ces réalités afin de faire en sorte que non seulement les constitutions démocratiques soient promues, mais aussi que l’esprit de ces constitutions soit respecté, mis en œuvre et maintenu par tous. C’est pourquoi le programme souhaite participer à la fois à l’élaboration et à la mise en œuvre de la constitution, et aussi aux activités de réforme constitutionnelle dans la région.

Compte tenu du fait que l’État de droit n’est pas un domaine juridique au sens exclusif du terme, mais qu’il exige un environnement politique progressiste, le programme vise à impliquer toutes les parties prenantes, telles que les acteurs de la justice, les procureurs, l’administration, la législation, les partis politiques, les institutions juridiques, la société civile et les médias sur l’ensemble du continent. L’objectif est de créer un réseau d’acteurs progressistes qui s’engage à protéger l’État de droit.

Le programme met en place une série d’activités en collaboration avec les différents partenaires du continent. Il s’agit notamment de l’organisation de conférences, d’ateliers, de séminaires et de forums similaires qui rassemblent les différentes parties prenantes, de visites d’étude et d’information dans le monde entier, ainsi que de la promotion de la recherche, de l’analyse et de la publication de rapports sur l’État de droit.

L’objectif de ces activités est de créer une plate-forme d’échange d’idées, d’expériences, de succès et de défis, en vue de leur analyse et de l’émergence de solutions. Souvent, les problèmes liés à la mise en œuvre et à la coordination incomplètes des programmes s’expliquent par l’absence de volonté politique.

Notre programme ne prétend pas avoir de solution à tous les défis de l’État de droit en Afrique francophone. Le succès de ce programme dépend également de l’acceptation et du soutien des parties prenantes en Afrique, car les Africains connaissent mieux le problème et ils sont les seuls à pouvoir y trouver les solutions. Nous voulons offrir une aide à cet effort.

À propos de WATHI

La vision de WATHI est celle de sociétés apaisées, dignes, productives et solidaires en Afrique de l’Ouest et d’une Afrique de l’Ouest ouverte sur toutes les régions du continent africain et sur le monde.

WATHI, c’est l’ambition démesurée de changer le présent et l’avenir de l’Afrique de l’Ouest élargie à ses régions voisines, en faisant du temps, waati en langue bamanakan du Mali, un allié. Le temps de WATHI, c’est celui de l’urgence de la mobilisation collective et celui de la longue durée qui est essentielle pour toute transformation profonde des sociétés humaines.

 

UNE MISSION

WATHI se donne pour mission de mettre à la disposition de l’Afrique de l’Ouest un cadre permanent permettant à tous ceux qui le souhaitent de participer à la production et l’échange de connaissances et d’idées et de contribuer, chacun à sa manière, à la consolidation des Etats, des institutions et des sociétés d’Afrique de l’Ouest, et à ceux du continent africain par un effet de démonstration.

 

UN ESPACE RÉGIONAL OUVERT

L’Afrique de l’Ouest de WATHI intègre les 15 pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) mais aussi les pays qui font la jonction avec l’Afrique du Nord et du Centre, notamment la Mauritanie, le Cameroun et le Tchad.

Le choix de se limiter à une région du continent n’est pas une défiance à l’égard du panafricanisme. L’initiative WATHI est nourrie par l’attachement à l’Afrique dans son ensemble mais nous croyons que le continent, marqué par une diversité extraordinaire, progressera plus vite et plus sûrement si chacune de ses grandes régions accélère son intégration et si dans chaque pays se libèrent et se coalisent les énergies porteuses de changements positifs. WATHI encourage et soutient toutes les initiatives porteuses des mêmes valeurs dans les autres régions africaines.